Transport sanitaire et covoiturage

Le transport sanitaire représente en France 4 Milliards d’Euros (chiffres de 2013). Il est en forte augmentation puisqu’il a presque doublé en 10 ans. Ce chiffre peut s’expliquer en parti par l’augmentation du nombre de malades mais, il est surtout le principal poste de fraude à l’assurance maladie avec environ 17,6 Millions d’Euros (soit 10%).

En vue de réduire ces coûts et surtout les fraudes, depuis 2011, on observe un durcissement dans ce domaine : la Cour des Comptes souhaite réduire la facture de 450 Millions d’Euros.

En effet, l’assurance maladie souhaite que le transport sanitaire soit adapté aux différentes pathologies qui y ont droit. Tout cela est donc soumis à un certain nombre de règles qui dépendent de la distance, de la fréquence ou encore du choix du véhicule. Avec un cancer, et donc une ALD, nous avons le droit de bénéficier du transport sanitaire mais, nous ne pouvons pas circuler en ambulance si notre état ne le justifie pas. La plupart du temps, pour aller aux différents rendez vous médicaux ou aux examens, nous devons donc utiliser un taxi conventionné. Malheureusement, il est parfois difficile d’en trouver surtout en région parisienne ou dans les grandes villes.

Il faut savoir par exemple qu’une ambulance coute trois fois plus cher qu’un VSL.

Avec la prise en charge à 100%, il reste toutefois à la charge du patient la Franchise qui est de 2€ / transport sachant que c’est plafonné à 50€ / an / personne.

Avec les trajets répétitifs qu’entrainent les séances de chimiothérapie ou de radiothérapie, certains centres hospitaliers commencent à envisager le covoiturage sanitaire. La réduction de coût est chiffrée à 25% pour deux personnes à bord et à 40 % pour trois personnes. Actuellement, la Fédération Nationale des Transports Sanitaires (FNTS) teste ce covoiturage dans plusieurs départements en partenariats avec des centres de soins, des entreprises de transports et des caisses d’assurances maladie.

L’assurance maladie envoi d’ailleurs à ses assurés qui bénéficient d’une prise en charge à 100% d’une note explicative sur le transport sanitaire et encourage le covoiturage pour limiter les frais.

http://www.ameli.fr/assures/droits-et-demarches/par-situation-medicale/vous-souffrez-d-une-affection-de-longue-duree/les-ald-avec-protocole-de-soins/lire-votre-protocole-de-soins.php

 

L’association Rose a également lancée il y a quelques mois la plateforme « Rosecar » qui permet de « faire un bout de chemin ensemble ». Il suffit de s’inscrire sur le site et de proposer un trajet en covoiturage. Cela permet également de créer un lien avec d’autres personnes souffrants de la même maladie.

www.covoiturage-rosecar.fr

 

 

Sources : www.ifap.org

www.ameli.fr

www.topsante.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :