La fatigue et le cancer

sans-titre (45).pngLa fatigue (ou asthénie*) est l’un des symptômes les plus fréquent du cancer et ses traitements. Elle affecte la vie quotidienne autant, voire plus que la douleur. Malheureusement, elle est trop souvent sous estimée et donc pas assez prise en charge.

De plus, cette fatigue est souvent mal comprise par l’entourage. Elle est tellement intense qu’elle modifie le comportement et le caractère. Ainsi, les personnes malades peuvent parfois donner l’impression d’être irritable, d’être trop axées sur elle-même, ou de réagir trop vivement.

Ce qu’il faut comprendre c’est que cette fatigue n’est pas soulagée par le sommeil : cela va au delà d’un simple sentiment de fatigue permanent. Elle se caractérise par des difficultés à s’endormir, à rester endormi (phases d’éveil de plus de 30 min), un réveil précoce (au moins 30 min avant l’heure prévue), ainsi qu’un sommeil non réparateur.

On sait que la fatigue est un des principaux symptômes annonciateur du cancer. Or, certains patients reconnaissent que cette importante fatigue qu’ils ressentaient étaient surement liée à la maladie mais qu’ils l’avaient attribués à autre chose (surmenage professionnel ou personnel, taches quotidiennes, etc.)

A l’annonce du diagnostic, le stress et l’anxiété viennent s’ajouter à cette fatigue déjà existante.

Et, elle peut persister après les traitements pendant plusieurs mois voire plusieurs années.

 

Durant les traitements (chimiothérapie), la fatigue est très fréquente et s’accumule au fur et à mesure des cures. Selon une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology (JCO), 80% des malades traités par chimio souffrent d’insomnie et de trouble du sommeil. Plus précisément, 37% présentent des symptômes liés à l’insomnie et 43% souffrent d’insomnie. Cette fatigue peut s’expliquer par :

  • L’anémie : baisse des composants du sang en particulier des globules rouges et donc de l’hémoglobine dû aux produits des chimios. C’est une des principales causes de fatigue.
  • Certains effets secondaires : les nausées, diarrhées, mucite, alopécie sont responsables de la fatigue physique et morale.
  • Dépression : dans certains cas, il faut savoir détecter que la fatigue cache un autre problème d’où l’importance du psycho-oncologue.
  • L’anxiété : les émotions liées à la maladie entrainent des douleurs, sueurs nocturnes, envies d’uriner fréquentes, essoufflement.

Afin de lutter contre cette fatigue, il est recommandé de pratiquer une activité physique régulière (quotidienne). Cela permet également d’adapter progressivement son corps à l’effort.

Voici quelques conseils pour lutter contre la fatigue :

  • Se fixer des priorités.
  • Donner la priorité à ce qui nous fait plaisir.
  • Tenir compte de son rythme personnel et des moments où l’énergie/la fatigue est plus présente.
  • Prévoir des moments de repos/sieste.
  • Anticiper les moments de fatigue et s’accorder un moment de repos après.

Les siestes doivent être assez courtes car il est important de ne pas perturber le sommeil la nuit, ce qui ferait empirer la fatigue.

Il est également conseiller d’en parler avec son médecin qui peut envisager un traitement (comme par exemple des somnifères) si les troubles du sommeil deviennent vraiment importants.

Cette fatigue varie en fonction du cancer (et donc des traitements) mais, de façon générale, les patients de moins de 58 ans sont plus touchés.

 

Je sais que cette fatigue est souvent mal comprise par l’entourage qui pense parfois qu’on exagère. En plus, cette sensation est très difficile à expliquer ce qui accentue cette incompréhension.

Pour ma part, la fatigue est vraiment l’effet secondaire le plus handicapant que j’ai eu (comme 11% des malades). La fatigue est toujours très présente alors que j’ai fini les traitements il y a plusieurs mois et bien que « j’écoute mon corps », il est difficile de l’anticiper. Mon sommeil a été très perturbé durant les traitements : après les chimios, j’étais systématiquement réveillée au milieu de la nuit durant environ 1H30. C’est à ce moment là que je réfléchissais, que je me posais un tas de questions et bien sûr, ca n’arrangeait pas mes insomnies. J’ai mis en pratique toutes les recommandations afin de limiter cette fatigue mais ca ne l’a pas fait disparaître. J’ai également été confronté à l’incompréhension de certaines personnes de mon entourage qui ont pensé que j’exagérais ou, que je n’allais pas assez de l’avant et que j’étais négative.

 

 

Sources : www.notrefamille.com

www.cancer.ca

www.e-cancer.fr

 

 

Asthénie* : sensation de manque d’énergie, d’abattement, d’épuisement ou de fatigue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :