Billet d’humeur du 18/02/2018

18 février 2016, un jeudi. C’était il y a 2 ans. Pour moi c’est comme si c’était hier et en même temps si loin….
Je n’oublierais jamais ce jour ni ce que j’ai ressenti. Ce jour est à jamais gravé en moi. Le jour où tout a basculé ; le jour où j’ai « senti » mon cancer.
Je me souviens que c’était une belle journée, avec un grand soleil (comme aujourd’hui). J’étais à mon travail. Entre l’activité de mon poste et le soleil qui cognait derrière la baie vitrée, je commençais à avoir chaud en ce début d’après midi d’hiver. J’ai donc voulu retirer mon foulard rose et, c’est à ce moment là, en effleurant mon cou que j’ai senti cette petite boule, à droite dans le creux sous la clavicule. Encore aujourd’hui, je me dis que c’était vraiment un coup de chance car elle était petite et vraiment bien cachée…. Et donc quasiment indétectable à ce stade là… Mais, c’est surtout ce que j’ai ressenti qui m’a troublé. Il faut savoir que je suis habituée aux trucs un peu bizarre donc ça aurait pu être un de plus à rajouter à ma liste. LOL. Mais, pas cette fois ! Quand je l’ai senti du bout des doigts, j’ai immédiatement ressenti une grande peur, ça m’a glacé le sang ; c’est comme si j’avais touché la mort… Je pense d’ailleurs que j’ai eu l’air effrayé car mon collègue qui était à côté de moi et avec qui je parlais à cet instant précis m’a demandé ce qu’il se passait. Il m’a rassuré en me disant que ce n’était sûrement rien et que ça allait partir. Je l’ai cru et j’ai relativisé en me disant que ce n’était rien ; il ne pouvait pas en être autrement. Et puis, à cet endroit, ça ne pouvait pas être grave. Au sein ou dans le ventre oui, mais dans le cou non ! Et puis, étant jeune, en bonne santé, et en pleine forme, pourquoi s’inquiéter ??!! Je me suis donc dit que j’allais (une fois de plus) faire rire mes parents et ma sœur avec ma boule bizarre… J’ai même fini ma journée de boulot en plaisantant sur le sujet avec mes collègues en leur disant : « Regardez, j’ai une boule dans le cou !  » Et je me disais même que peut être en appuyant dessus elle disparaitrait… Bon je sais, sur ce coup là je n’ai pas été très futée ! (Je vous rappelle que je suis blonde donc des fois ça se voit…) Mais, même si je plaisantais et que je prenais ça à la légère, je ne pouvais m’empêcher de penser à cette sensation étrange et effrayante que j’avais ressenti….
A partir de ce jour là, tout s’est enchaîné très vite. C’est bête mais, j’ai écouté mon instinct qui me disait qu’il y avait quelque chose de grave qui se passait. Bon, j’avoue, quand je pensais à grave, je ne pensais pas du tout à un cancer… Je ne sais même pas à quoi je pensais. Dans mon entourage tout le monde disait que ce n’était rien mais moi j’avais vraiment un mauvais pressentiment. Et puis, on me prenait pour une folle car je trouvais que cette boule grossissait à vue d’œil : ils pensaient que c’était dans ma tête !
Depuis ce jour, tout a changé ; il ne reste désormais plus grand-chose de ma vie d’avant. Mais, je ne regrette rien et c’est bien mieux ainsi. Toute ma vie a changé et bien que je sois en rémission, le cancer fait maintenant parti de ma vie avec les bons et les mauvais côtés. Je suis comme tout le monde, je vis avec cette épée de Damoclès au dessus de ma tête mais je me dis qu’en cas de problème, si le cancer devait revenir, je le sentirais de nouveau ; comme je l’ai senti ce 18 Février 2016. C’est d’ailleurs pour ça que malgré deux alertes ces derniers mois sur ma santé et malgré une certaine inquiétude (normal quand les médecins commencent à parler d’un problème et d’une possible rechute…), je n’ai pas vraiment paniqué parce que je n’ai pas senti le cancer. Je fais donc confiance à mon instinct qui a été très fiable il y a 2 ans et j’espère ne jamais ressentir ça….

Publicités

3 commentaires sur “Billet d’humeur du 18/02/2018

Ajouter un commentaire

  1. Ça me déculpabilise un peu de lire ton article.. on m’a conseillée d’arrêter d’en parler sur les réseaux sociaux pour aller mieux car sa attriste les gens soit disant. Et bien je suis pas d’accord ça fait partie de moi mais ça ne fait pas quelqu’un de moi quelqu’un de triste.

    J'aime

    1. On m’a dit ça aussi. J’avais même vu un psy (histoire d avoir bonne conscience ) et il m avait dit que de fréquenter des personnes malades était malsain et qu’ il fallait tourner la page. Mais pour moi seule une personne qui n a jamais été malade peut dire ca…. Et non on ne peut pas oublier. Mais après on a tous notre caractère et notre façon de gérer les choses. Et puis en parler ça peut aussi aider d autres personnes.

      Aimé par 1 personne

  2. Clairement ça nous aide et ça eń aide d’autre. Je pense que on fait face à des personnes parfois qui ne sont pas là pour être bienveillantes envers les autres mais envers elle même plutôt… au pire on les oblige pas à le lire ils ont qu’à se désabonné

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :